© Grimaud Tourisme

L'hospice et la pompe

L’actuelle maison de retraite fut l’un des tout premiers hospices du golfe. Appelée au XVIIe siècle « l’hôpital », la bâtisse accueillait les pauvres et les orphelins. Ensuite dirigé par des sœurs, cet hospice abrita aussi l’école des Filles.

La pompe

Non loin de l’édifice, sur une petite placette carrée, une pompe à bras en brique recouvre l’un des deux anciens puits du village, connu depuis le XIe siècle. En 1841, face aux sécheresses et pour faciliter le puisage de l’eau, on l’a équipé d’une pompe à bras encore visible aujourd’hui, bien qu’elle ne soit plus fonctionnelle.

Cet équipement rappelle que le village de Grimaud a des siècles durant lutté contre la pénurie d’eau. Afin de tenter de remédier à ce problème, les grimaudois ont édifié un important système de captage depuis une source située sur le Mont-Roux, où le Pont des Fées fonctionnait comme un pont-siphon utilisant le principe des vases communicants pour acheminer l’eau jusqu’au village, avec un succès malheureusement tout relatif.

Rue du Gacharel

Au droit de la pompe débute la rue du Gacharel qui conduit jusqu’à la place du Cros. Son nom dérive du provençal gacha signifiant gâcher ou patauger. En effet, avant d’être pavée, la rue devenait particulièrement boueuse lorsqu’il pleuvait et le sol ressemblait alors à un gâchis de maçon.